Texte

[ 22 ] Prima luce, cum summus mons a [Lucio] Labieno teneretur, ipse ab hostium castris non longius mille et quingentis passibus abesset neque, ut postea ex captivis comperit, aut ipsius adventus aut Labieni cognitus esset, [ 2 ] Considius equo admisso ad eum accurrit, dicit montem, quem a Labieno occupari voluerit, ab hostibus teneri: id se a Gallicis armis atque insignibus cognovisse. [ 3 ] Caesar suas copias in proximum collem subducit, aciem instruit. Labienus, ut erat ei praeceptum a Caesare ne proelium committeret, nisi ipsius copiae prope hostium castra visae essent, ut undique uno tempore in hostes impetus fieret, monte occupato nostros expectabat proelioque abstinebat. [ 4 ] Multo denique die per exploratores Caesar cognovit et montem a suis teneri et Helvetios castra, movisse et Considium timore perterritum quod non vidisset pro viso sibi renuntiavisse. Eo die quo consuerat intervallo hostes sequitur et milia passuum tria ab eorum castris castra ponit.

[ 23 ] Postridie eius diei, quod omnino biduum supererat, cum exercitui frumentum metiri oporteret, et quod a Bibracte, oppido Haeduorum longe maximo et copiosissimo, non amplius milibus passuum XVIII aberat, rei frumentariae prospiciendum existimavit; <itaque> iter ab Helvetiis avertit ac Bibracte ire contendit. [ 2 ] Ea res per fugitivos L. Aemilii, decurionis equitum Gallorum, hostibus nuntiatur. [ 3 ] Helvetii, seu quod timore perterritos Romanos discedere a se existimarent, eo magis quod pridie superioribus locis occupatis proelium non commisissent, sive eo quod re frumentaria intercludi posse confiderent, commutato consilio atque itinere converso nostros a novissimo agmine insequi ac lacessere coeperunt.

[ 24 ] Postquam id animum advertit, copias suas Caesar in proximum collem subduxit equitatumque, qui sustineret hostium petum, misit. [ 2 ] Ipse interim in colle medio triplicem aciem instruxit legionum quattuor veteranarum; in summo iugo duas legiones quas in Gallia citeriore proxime conscripserat et omnia auxilia conlocavit, [ 3 ] ita ut supra se totum montem hominibus compleret; impedimenta sarcinasque in unum locum conterri et eum ab iis qui in superiore acie constiterant muniri iussit. [ 4 ] Helvetii cum omnibus suis carris secuti impedimenta in unum locum contulerunt; ipsi concertissima acie, reiecto nostro equitatu, phalange facta sub primam nostram aciem successerunt.

[ 25 ] Caesar primum suo, deinde omnium ex conspectu remotis equis, ut aequato omnium periculo spem fugae tolleret, cohortatus suos proelium commisit. [ 2 ] Milites loco superiore pilis missis facile hostium phalangem perfregerunt. Ea disiecta gladiis destrictis in eos impetum fecerunt. [ 3 ] Gallis magno ad pugnam erat impedimento quod pluribus eorum scutis uno ictu pilorum transfixis et conligatis, cum ferrum se inflexisset, neque evellere neque sinistra impedita satis commode pugnare poterant, [ 4 ] multi ut diu iactato bracchio praeoptarent scutum manu emittere et nudo corpore pugnare. [ 5 ] Tandem vulneribus defessi et pedem referre et, quod mons suberit circiter mille passuum <spatio>, eo se recipere coeperunt. [ 6 ] Capto monte et succedentibus nostris, Boi et Tulingi, qui hominum milibus circiter XV agmen hostium claudebant et novissimis praesidio erant, ex itinere nostros <ab> latere aperto adgressi circumvenire, et id conspicati Helvetii, qui in montem sese receperant, rursus instare et proelium redintegrare coeperunt. [ 7 ] Romani [conversa] signa bipertito intulerunt: prima et secunda acies, ut victis ac submotis resisteret, tertia, ut venientes sustineret.

[26] Ita ancipiti proelio diu atque acriter pugnatum est. Diutius cum sustinere nostrorum impetus non possent, alteri se, ut coeperant, in montem receperunt, alteri ad impedimenta et carros suos se contulerunt. [2] Nam hoc toto proelio, cum ab hora septima ad vesperum pugnatum sit, aversum hostem videre nemo potuit. [3] Ad multam noctem etiam ad impedimenta pugnatum est, propterea quod pro vallo carros obiecerunt et e loco superiore in nostros venientes tela coiciebant et non nulli inter carros rotasque mataras ac tragulas subiciebant nostrosque vulnerabant. [...]


[23] ... und weil er (Caesar) von Bibracte - der weitaus grössten und reichsten Siedlung der Haeduer - nicht mehr als 18 Meilen (=27 km) entfernt war, entschied er sich dafür, sich um die Versorgung mit Nahrungsmitteln zu kümmern. Deswegen wandte er sich von den Helvetiern ab und beeilte sich, schnell nach Bibracte zu kommen....

Diese Schlacht überlebten ca. 130.000 Menschen, die die ganze Nacht hindurch marschierten. Nachdem sie ihre Flucht auch des Nachts nicht unterbrochen hatten, kamen sie am vierten Tag in das Gebiet der Lingonen. ...

[22] Ce jour même César suit les ennemis [= les Helvètes] à la distance ordinaire et établit son camp à trois mille pas du leur.

[23] Le lendemain, comme deux jour en tout et pour tout le séparaient du moment ou il faudrait distribuer du blé aux troupes, et comme dautre part Bibracte, de beaucoup la plus grande et la plus riche ville des Héduens, nétait pas à plus de dix-huit milles, il pensa quil fallait soccuper de lapprovisionnement, et, laissant les Helvètes, il se dirigea vers Bibracte. Des esclaves de Lucius Emilius, décurion de la cavalerie gauloise, senfuient et apprennent la chose à lennemi. Les Helvètes crurent-ils que les Romains rompaient le contact sous le coup de la terreur, pensée dautant plus naturelle que la vieille, maîtres des hauteurs, nous navions pas attaque? ou bien se firent-ils forts de nous couper les vivres? toujours est-il que, modifiant leurs plans et faisant demi-tour, ils se mirent à suivre et a harceler notre arrière-garde,

[24] Quand il saperçut de cette manoevre, César se mit en devoir de ramener ses troupes sur une colline voisine et détacha sa cavalerie pour soutenir le choc de lennemi. De son cote, il rangea en bataille sur trois rangs, à mi-hauteur, ses quatre légions de vétérans; au-dessus de lui, sur la crête, il fit disposer les deux légions quil avait levées en dernier lieu dans la Gaule, et toutes les troupes auxiliaires; la colline entière était ainsi couverte des soldats ; il ordonna quen même temps les sacs fussent réunis en un seul point et que les troupes qui occupaient la position la plus haute semployassent à le fortifier. Les Helvètes, qui suivaient avec tous leurs chariots, les rassemblèrent sur un même point ; et les combattants, après avoir rejeté notre cavalerie en lui opposant un front très compact, formèrent la phalange et montèrent à l attaque de notre première ligne.

[25] & Enfin, épuisés par leurs blessures, ils [= les Helvètes] commencèrent a reculer et a se replier vers un montagne qui était a environ un mille de la. Ils loccupèrent, et les nôtres savançaient pour les en déloger quand les Boïens et les Tulinges, qui, au nombre denviron quinze mille, fermaient la marche et protégeaient les derniers éléments de la colonne, soudain attaquèrent notre flanc droit et cherchèrent à nous envelopper; ce que voyant, les Helvètes qui sétaient réfugiés sur la hauteur redevinrent agressifs et engagèrent à nouveau le combat. Les Romains firent une conversion et attaquèrent sur deux fronts: la première et la deuxième ligne résisteraient a ceux qui avaient été battus et force a la retraite, tandis que la troisième soutiendrait le choc des troupes fraîches.

[26] Cette double bataille fut longue et acharnée. Quand il ne leur fut plus possible de supporter nos assauts, ils se replièrent, les uns sur la hauteur, comme ils lavaient fait une première fois, les autres auprès leurs bagages et de leurs chariots. Pendant toute cette action, qui dura de la septième heure du jour jusquau soir, personne ne put voir un ennemi tourner le dos. On se battit encore autour des bagages fort avant dans la nuit: les Barbares avaient en effet formé une barricade de chariots et, dominant les nôtres, ils les accablaient de traits à mesure quils approchaient; plusieurs aussi lançaient par-dessous, entre les chariots et entre les roues, des piques et des javelots qui blessaient nos soldats. Apres un long combat, nous nous redîmes maîtres des bagages et du camp.


bibracte

bibracte

right



© 2001 by nf ; est. 2001, updated 02.11.2001